.........................................................................

Concours Général Agricole 2018

Pré-sélections

24 janvier à Bourgueil (37)

25 janvier à Amboise (37)

31 janvier à Noyers-sur-Cher (41)

8 février à Sancerre (18)

Vous souhaitez participer au jury des pré-sélections :

Inscription juré

.........................................................................

Jeudi 1er février

Produits phytosanitaires et santé des agriculteurs&salariés agricoles

Colloque organisé dans le cadre d'Ecophyto2

Domaine de Chalès - Nouan-Le-Fuzelier (41) à partir de 13h30

.........................................................................

 

 








Le 30/10/2017 22:47 Il y a : 85 jour(s)

Les Etats Généraux de l’Alimentation : le prix du succès ?

Catégorie : Actualités, Actu -1

Auteur : Jean-Pierre LEVEILLARD

Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement tente d’instaurer un partage équitable de la marge entre agriculteurs, industriels et distributeurs. Les précédentes tentatives ont systématiquement échoué, faute de consensus entre des intérêts trop divergents.

Dans la recherche obsessionnelle du prix le plus bas possible, le monde paysan a joué le rôle de variable d’ajustement jusqu’à l’excès. Depuis 2016, un agriculteur sur cinq perd de l’argent en exerçant son métier, tandis qu’un sur trois gagne moins de 350 euros par mois.

Pourtant, chacun semble prendre conscience que la course aux prix bas mène à une impasse. Les guerriers des prix les plus bas qui s’étaient autoproclamés hérauts de la défense du pouvoir d’achat des consommateurs modèrent leur discours à défaut de changer leur pratique d’achat.

L’Etat propose donc que la définition du prix payé à l’agriculteur ne se fasse plus en fonction de la marge que veut empocher le distributeur ou l’industriel, mais à partir du coût de production du premier. Une loi allant dans ce sens devrait être proposée dès le premier semestre 2018.

Mais ne nous leurrons pas, pour que les revenus des agriculteurs augmente, il faudra non seulement que le consommateur accepte de payer un peu plus cher pour manger un peu mieux et un peu plus équitablement, mais il aussi que l’Etat et les collectivité diminuent la pression fiscale (taxe, cotisations, charges …).

Ce serait une rupture dans le modèle de consommation alimentaire, dans le financement des politiques publiques et un vrai succès des Etats Généraux de l’Alimentation.


Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS